Stratégie en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances

Foire aux questions

Le Manitoba entreprend l'élaboration d'une stratégie provinciale ciblée dans le domaine de la santé mentale et de la lutte contre les dépendances. Cette stratégie examinera les façons d'améliorer l'accès aux services de santé mentale et de lutte contre les dépendances et la coordination de ces services dans la province.

QUESTION : Pourquoi une stratégie conjointe en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances?

RÉPONSE : L’objectif de la stratégie sera de fournir des recommandations sur la façon dont le Manitoba peut améliorer autant l’accès aux services de santé mentale et de lutte contre les dépendances que la coordination de ces services. Voici quelques faits.

  • On estime que de 40 à 60 % des Canadiens ayant une maladie mentale grave auront tôt ou tard dans leur vie un trouble de consommation d’alcool ou d’autres drogues.
  • De 60 à 65 % des Canadiens ayant un trouble de consommation d’alcool ou de drogues ont une maladie mentale. De plus, un Canadien sur cinq ayant un diagnostic de trouble d’anxiété ou de l’humeur a déclaré avoir utilisé des drogues illicites au cours de la dernière année (20,1 %).
  • Il y avait deux fois plus de risques d’usage de drogues illicites chez les personnes ayant un diagnostic de troubles d’anxiété ou de l’humeur que chez ceux qui n’avaient pas ces troubles (8,8 %).

Faits additionnels :

  • 70 % des problèmes de santé mentale et des maladies mentales commencent à se manifester pendant l’enfance ou l’adolescence.
  • De 2011-2012 à 2015-2016, 25,6 % des Manitobains de 10 ans et plus ont reçu des soins médicaux pour au moins l’une des maladies mentales suivantes : la dépression, l’anxiété, l’abus d’alcool ou d’autres drogues, les troubles de la personnalité ou la schizophrénie.
  • De 2011-2012 à 2015-2016, on dénombre 55 281 résidents du Manitoba traités pour un abus d’alcool ou d’autres drogues, ce qui représente 5 % des Manitobains de 10 ans et plus.

Même si la stratégie concernant la santé mentale et la lutte contre les dépendances est axée sur l’accès et la coordination, elle suivra également une approche visant l’ensemble de la population pour la promotion de la santé mentale et pour cibler les personnes qui présentent des signes précurseurs de maladie mentale ou des facteurs de risque élevés de développement d’une maladie.

Les effets combinés des problèmes de santé mentale, des maladies mentales et des dépendances sur la vie de la population manitobaine sont préoccupants. Par conséquent, le Manitoba a besoin d’examiner ces questions afin d’entraîner des retombées positives dans la vie des Manitobains sur les plans social, émotionnel et économique.

QUESTION : D’autres provinces et territoires combinent-ils la santé mentale et la lutte contre les dépendances dans leur planification stratégique?

RÉPONSE : Oui, dans 11 autres provinces et territoires au Canada, la santé mentale et la lutte contre les dépendances sont combinées dans le cadre de la planification stratégique. (Québec, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador, Ontario, Saskatchewan, Alberta, Colombie-Britannique, Territoires du Nord-Ouest, Yukon)

QUESTION : Qui dirigera l’élaboration de la stratégie?

RÉPONSE : L’entreprise VIRGO Planning and Evaluation Consultants Inc. a obtenu le contrat pour faciliter l’élaboration du plan stratégique. L’équipe de consultants est dirigée par le Dr Brian Rush et codirigée par Adair Roberts. Elle comprend les consultants suivants : la Dre Amy Cheung, April Furlong, Jonathan Ramirez, Peter Butt et le Dr Chris Mushquash. Le Dr Rush a 40 ans d’expérience en conception et en évaluation de systèmes relatifs à la santé mentale et à la lutte contre les dépendances et en gestion de projets. Mme Roberts a beaucoup d’expérience en planification stratégique; elle détient également une expertise particulière concernant l’accès centralisé aux services de santé mentale et de lutte contre les dépendances.

Ils seront appuyés par une cadre responsable du projet, une coordonnatrice de la stratégie et un comité de référence de divers intervenants de l’ensemble de la province, y compris des personnes ayant un vécu de maladie mentale ou de dépendance et les membres de leurs familles.

QUESTION : Le but de cette stratégie est-il d’intégrer les services et les systèmes de santé mentale et de lutte contre les dépendances?

RÉPONSE : Oui, conformément à la lettre de mandat de mai 2016 délivrée au ministre de la Santé, des Aînés et de la Vie active, le ministère a été invité à élaborer une stratégie relative à la santé mentale qui combinerait les services et les programmes dans le domaine de la santé mentale et de la lutte contre les dépendances en mettant l’accent sur une meilleure coordination et un accès amélioré.

QUESTION : De quelles populations la stratégie tiendra-t-elle compte? Qui sera visé par la stratégie?

RÉPONSE : La stratégie portera sur les besoins de services de santé mentale et de lutte contre les dépendances des Manitobains de tous âges, des enfants et des jeunes aux adultes et aux aînés. Elle visera un accès amélioré et une meilleure coordination des services. Il faut adopter une approche visant l’ensemble de la population pour la promotion de la santé mentale. La stratégie sera également axée sur les personnes qui présentent des signes précurseurs de maladie mentale ou ayant des facteurs de risque élevés de développement d’une maladie.

QUESTION : Y aura-t-il un processus de consultation des intervenants dans le cadre de la planification?

RÉPONSE : Oui. Le consultant rencontrera les intervenants clés dans les différents systèmes, services et secteurs. Voici quelques exemples d’intervenants : les fournisseurs de services, les planificateurs de systèmes, les responsables de politiques, les personnes ayant un vécu, les membres des familles et les soutiens naturels.

Le Dr Rush utilisera une vaste gamme de méthodes pour consulter les intervenants. Par exemple, il y aura un examen approfondi de divers rapports, analyses et autres documents par le Dr Rush et son équipe. Cela sera la première étape pour orienter l’élaboration d’un plan stratégique. Lorsqu’il existe déjà un rapport ou une analyse à jour, le Dr Rush examinera le rapport et pourra choisir de clarifier les conclusions avec le chercheur ou l’auteur de qui émane le rapport. Des consultations auront aussi lieu à l’aide d’un sondage en ligne qui sera lancé en août 2017.

QUESTION : Quand les consultations commenceront-elles? Quand se termineront-elles?

RÉPONSE : Les consultations devraient avoir lieu de juin à octobre 2017.

QUESTION : Comment les comptes rendus sur l’état d’avancement seront-ils communiqués?

RÉPONSE : Les Manitobains pourront obtenir régulièrement des renseignements sur l’état d’avancement au cours de l’élaboration de la stratégie. L’état d’avancement sera communiqué par divers moyens, y compris par de la correspondance écrite envoyée aux intervenants clés.

QUESTION : Quel est le rôle du groupe de référence?

RÉPONSE : Le but du groupe de référence est de travailler en collaboration avec les consultants pour revoir les événements clés et déceler les lacunes dans la consultation.

QUESTION : Qui siègera au groupe de référence?

RÉPONSE : Le groupe de référence est un petit groupe d’un maximum de 12 intervenants clés, étant de nature diversifié, qui représente les ministères, les fournisseurs de services, les universités ainsi que les personnes ayant un vécu.

QUESTION : Quand le travail du consultant commencera-t-il?

RÉPONSE : Les consultations ont commencé en mai 2017. La première réalisation attendue est une revue des rapports importants qui fournissent plus de renseignements sur le contexte manitobain, ainsi que sur les services et difficultés actuelles au Manitoba, ce qui aidera à guider le processus de consultation.

QUESTION : Quelles seront les prochaines étapes une fois le rapport terminé?

RÉPONSE : Une fois le rapport terminé, les recommandations seront présentées au ministre de la Santé.

 

footer