Manitoba
Version imprimable

Parcs et Réserves Naturelless

Trouvez votre parc préféré

Parcs de la région d’Entre-les-Lacs

Parc provincial d’Hecla / Grindstone
Sentier auto-guidé du village d'Hecla

fishing boat

g

Introduction

  1. Entrepôt de glace – La république de 12 ans
  2. Plaques commémoratives – La colonie de peuplement d’Hecla  
  3. Scierie – La foresterie
  4. Bateaux de pêche – Les pêcheries du lac Winnipeg  
  5. Église d’Hecla
  6. Maison de Vilhjalmur Sigurgeirsson – La vie sur le homestead
  7. Magasin général – Le commerce
  8. Maison-musée du patrimoine de l’île d’Hecla – La vie communautaire
  9. École d’Hecla – Le déclin de la colonie
  10. Salle communautaire – Le parc provincial d’Hecla / Grindstone

Bateau de pêche





  gvillage
Église d’Hecla, restauration terminée. 1973-1975
Introduction

Le sentier auto-guidé du village d’Hecla vous donne un aperçu du passé de l’île. Vous pouvez stationner à côté du quai du village ou derrière la salle communautaire, et visiter la pension Tomasson et le poste de débarquement du poisson avant de vous engager sur le sentier. Le sentier commence près de l’entrepôt de glace au nord du quai, longe le bord du lac jusqu’à l’église, puis revient au point de départ en passant devant le magasin et l’école.

Une exposition des outils de tous les jours utilisés par les habitants de l’île d’Hecla des années 1870 jusqu’à aujourd’hui a été aménagée dans le deuxième entrepôt de glace. La Direction des parcs et des réserves naturelles remercie M. Binnie Sigurgeirson, qui s’est procuré les artéfacts et a préparé l’exposition. L’exposition d’outils et l’intérieur des bâtiments historiques peuvent être visités lors de visites guidées. Veuillez consulter les affiches indiquant les activités d’interprétation ou demander l’heure des visites guidées à un interprète du parc.


Carte du village d'Hecla

map
Cliquer pour agrandir

-- haut de la page --


1. Entrepôt de glace
La république de 12 ans

villageLes colons islandais de l’île d’Hecla n’avaient pas la vie facile dans leur pays d’origine. Pour plusieurs, la perspective d’une meilleure vie en Amérique du Nord l’a emporté sur les dangers du voyage et l’hésitation à laisser leur famille et leurs amis derrière.

Car bien que ce ne soit pas le climat qui les pousse à chercher d’autres habitations, il y a d’autre raisons non moins urgentes. Les fréquentes pénuries de morue, récemment devenues un fléau alarmant, l’activité volcanique et l’impossibilité de jamais même parvenir à l’indépendance, peu importe l’énergie et le labeur consacrés, les ont mûris complètement pour une vaste émigration.
- Wm. C. Krieger, Report of the Icelandic Immigration Agent (25 mars 1976), traduction libre.

Le gouvernement canadien a établi la république de la Nouvelle-Islande en 1875 à l’intention exclusive des colons islandais. Elle leur offrait l’espoir d’une meilleure vie et leur permettait de pêcher et de faire de l’agriculture à temps partiel, comme la plupart d’entre eux le faisaient en Islande.

Leur vie en Nouvelle-Islande était différente à bien des égards. Ils ont dû construire des entrepôts de glace parce que les Nord-Américains préféraient le poisson frais plutôt que le traditionnel poisson séché prisé en Islande. Comme il était rare que l’océan autour de l’Islande gèle, ils ont aussi dû apprendre à pêcher sur l’épaisse glace d’hiver du lac Winnipeg.


Map of Iceland

-- haut de la page--


2. Plaques commémoratives
La colonie de peuplement d'Hecla

Nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il sera à notre avantage de nous installer si près du bord du lac que chaque lot ne pourra être large que de 20 chaînes, et nous vous demandons par conséquent de faire en sorte que les lots donnant sur le lac du côté est de l’île aient une largeur de 20 chaînes et se prolongent vers l’arrière sur une distance suffisante pour que chacun contienne 160 acres.
- Lettre des colons de l’île d’Hecla au gouvernement canadien, 30 janvier 1877 (traduction libre)

Le côté ouest marécageux de l’île d’Hecla n’était pas un bon endroit où s’installer à cause des fréquentes inondations. La plupart des colons se sont donc établis sur la terre plus haute du côté est de l’île.

Chaque homestead a été nommé par son propriétaire, qui est vite devenu mieux connu par le nom de son homestead que par son nom de famille. Helgi Tomasson, par exemple, était le plus souvent appelé Helgi de Reynistad.

Les communications dans la colonie étaient remarquablement bonnes compte tenu de la difficulté des déplacements. En septembre 1877, le premier journal islandais a été publié à Riverton, alors appelé Lundi, et distribué partout dans la colonie.

-- haut de la page --


3. Scierie
La foresterie

Les chaudières et le moteur à vapeur qui rouillent au centre du village ont déjà fait fonctionner une scierie. La scierie qui était exploitée ici en 1876 était une des principales raisons pour lesquelles tant d’Islandais ont décidé de s’installer sur Hecla. En travaillant à la scierie ou en coupant des arbres, ils espéraient gagner l’argent nécessaire pour acheter le matériel de pêche et d’agriculture dont ils avaient grandement besoin.

La scierie a toutefois d’abord été décevante, changeant souvent de propriétaire et restant inutilisée pendant de longues périodes. En 1881, tout le bois facilement accessible près du village d’Hecla ayant été coupé, l’équipement original a été transféré à Gull Harbour. Ce déménagement n’a toutefois pas réussi, et l’équipement a été vendu et transporté à l’extérieur de l’île.

En 1913, cette scierie a été établie dans le village d’Hecla. Elle a été exploitée jusqu’en 1947, année où elle a été détruite par un incendie.

Sawmill equipment

-- haut de le page --


Fishing fleet
4. Bateaux de pêche
Les pêcheries du lac Winnipeg

Ce sont des pêcheurs islandais comme ceux de l’île d’Hecla qui ont développé la pêche commerciale sur le lac Winnipeg. Les poissons les plus en demande étaient le grand corégone, la laquaiche aux yeux d’or et, plus tard, le doré jaune. Les prises étaient bonnes au début, mais le nombre croissant de pêcheurs sur le lac a entraîné l’épuisement des stocks. En 1969, les prises de ces espèces avaient baissé à un niveau inquiétant et, quand la pêche a été interdite dans le lac entre 1970 et 1972 à cause de la pollution au mercure, bon nombre ont quitté l’industrie pour de bon.


Remorquage d’une flottille de pêche, vers 1907. (Collection des transports : bateau - Manitou 2) Archives du Manitoba


-- haut de la page --


village
Église originale de Hecla, s.d.
Collection Nouvelle-Islande 53
 Archives du Manitoba
5. Église d'Hecla

La religion jouait un rôle important dans la collectivité. Quand les Islandais sont arrivés, l’île a été desservie par deux pasteurs qui sillonnaient la Nouvelle-Islande et qui tenaient des services dans les maisons des habitants, jusqu’à ce que les églises soient construites. Un vif désaccord sur la doctrine de l’Église et le potentiel de la colonie régnait cependant entre les deux pasteurs, le révérend Thorlakson et le révérend Bjarnson. En 1878, convaincu que la colonie finirait par échouer, le révérend Thorlakson a mené un grand nombre de colons jusqu’à la région qui est maintenant le Icelandic State Park près de Cavalier, dans le Dakota du Nord. Seulement huit des 26 homesteads originaux d’Hecla sont demeurés occupés après l’exode, mais de nouveaux arrivants d’Islande ont pris la place de ceux qui étaient partis et l’Église est devenue une force vitale qui a aidé la collectivité à surmonter l’adversité de la vie de pionnier.

-- haut de la page --



6. Maison de Vilhjalmur Sigurgeirsson
village
La vie sur le homestead

Une fois surmontées les difficultés initiales de l’établissement d’un homestead, plusieurs ont été capables de se construire de confortables maisons en rondins. La culture du blé et de l’orge dans la colonie n’a pas réussi à cause des inondations et du gel précoce, mais en élevant du bétail et en pêchant, les gens parvenaient à se débrouiller.

Les familles étaient souvent séparées pendant des mois. Ce sont les femmes qui s’occupaient du homestead, puisque les hommes étaient partis à la pêche pendant la plus grande partie de l’année. Les hommes vivaient pendant des mois dans des camps de pêche dans le nord du lac où les corégones étaient plus abondants.


Labourage avec des bœufs, vers 1915
(Collection Nouvelle-Islande 312)
 Archives du Manitoba

-- haut de la page --


7. Magasin général
Le commerce

À part les quelques nécessités que les habitants de l’île obtenaient du magasin, la collectivité était en grande partie autonome. Le magasin fournissait les choses qu’on ne pouvait pas fabriquer sur le homestead, comme le sucre, la farine, le café, le tissu et la vaisselle. Plusieurs troquaient les légumes de leur potager ou du poisson pour ces produits, car peu d’habitants avaient de l’argent comptant au début de la colonie. Un des premiers magasins était situé à côté de la pension Tomasson. L’un comme l’autre étaient des attractions importantes, servant autant les voyageurs que les habitants.

Hecla's general store

-- haut de la page --


8. Maison-musée du patrimoine de l'île d'Hecla
La vie communautaire

Le village d’Hecla a atteint le sommet de sa prospérité dans les années 1920, époque où des maisons comme celle de Sigurgeir Sigugeirson ont été construites. Le musée est géré par la Hecla Island Heritage Society, une organisation sans but lucratif, qui aide Conservation Manitoba à interpréter le patrimoine islandais d’Hecla.

La Nouvelle-Islande a cessé d’être une colonie auto-administrée en 1887, année où elle s’est intégrée au Manitoba, mais la collectivité islandaise a continué de prospérer. La colonie était toutefois encore isolée sur l’île, ce qui était parfois un inconvénient considérable. Quand les habitants de l’île étaient gravement malades, il fallait les amener à l’hôpital de Gimli, car il n’y avait pas de médecin sur Hecla. C’était un voyage pénible et dangereux sur la glace mince de l’automne ou la glace incertaine du printemps.

village
Île d’Hecla, vers 1920 (Collection Nouvelle-Islande 52) – Archives du

-- haut de la page --


village
9. École d’Hecla
Le déclin de la colonie

Bien qu’Hecla ait réellement prospéré pendant de nombreuses années, la colonie a lentement décliné. La coupe du bois a cessé parce que le meilleur bois d’œuvre sur les bords du lac Winnipeg avait été épuisé. La pêche commerciale, principale source de revenu pour les insulaires, a cessé d’être rentable à cause de la concurrence et de la faiblesse des prix, et les terres agricoles ne s’étaient jamais avérées très productives. Quand l’école d’Hecla a fermé en juin 1970 dans le cadre du programme de regroupement des écoles, la plupart des dernières familles qui avaient des enfants d’âge scolaire ont quitté l’île elles aussi.


Fin de la journée scolaire à l’école d’Hecla, 1954 (1291-38645)
Western Canada Pictorial Index


-- haut de la page--



10. Salle communautaire
Le parc provincial d'Hecla / Grindstone

villageÀ la fin des années 1960, pour sauver leur collectivité et fournir de l’emploi, les habitants ont fait des démarches auprès du gouvernement provincial pour que l’île d’Hecla devienne un parc provincial. Le parc a été officiellement désigné en 1969 et aménagé grâce au Fonds de développement économique et rural (FODER), un fonds provincial et fédéral conjoint. Le village d’Hecla a maintenant été revitalisé pour montrer ce qu’il était en Nouvelle-Islande, de 1876 à aujourd’hui.

Suite aux changements de désignation prévus dans la nouvelle Loi sur les parcs provinciaux, les parcs d’Hecla et de Grindstone ont été fusionnés en 1997 pour former le nouveau parc provincial d’Hecla / Grindstone.


Helgi Tomasson (1916-2000), dont la famille a été parmi les premiers colons de l’île d’Hecla, a animé de nombreuses démonstrations de pêche commerciale pour les visiteurs du parc.

-- haut de la page--



fisherman