Prévisions par profession pour le marché du travail du Manitoba


Les conditions du marché du travail du Manitoba sont uniques en leur genre, l’économie de la province est dynamique et le Manitoba est bien placé pour saisir les possibilités et faire face aux défis du marché du travail de demain.

Le document intitulé Manitoba Labour Market Occupational Forecasts 2019 to 2025 (PDF) (prévisions par profession pour le marché du travail du Manitoba de 2019 à 2025) présente les tendances attendues du marché du travail en s’appuyant sur un modèle prévisionnel par profession qui établit des projections pour la demande et l’offre de main-d’œuvre pour les grands groupes professionnels de la Classification nationale des professions.

Le but de ce rapport est d’améliorer la compréhension de la situation du marché du travail au Manitoba et des principaux enjeux auxquels s’attendre pour atteindre les objectifs du marché du travail de demain. Les prévisions de ce rapport ont pour but de faciliter la planification de la main-d’œuvre par les gouvernements et les parties intéressées et de promouvoir une sensibilisation et des discussions sur la situation des marchés du travail et sur les répercussions que cela aura sur les initiatives du gouvernement et de l’industrie.

Résumé cliquez pour ouvrir


L’économie manitobaine verra la création d’un total de 159 200 possibilités d’emploi au cours de la période 2019-2025; 74,8 % de celles-ci viseront à pourvoir aux postes vacants libérés en raison de départs à la retraite et de décès. Selon les prévisions, le nombre total d’emplois à pourvoir par année sera d’environ 22 700.

L’économie manitobaine verra 158 300 nouveaux travailleurs se joindre à la population active pendant la période 2019-2025, soit environ 22 600 travailleurs par an.

Le taux de chômage du Manitoba devrait passer de 5,8 % en 2019 à 5,6 % d’ici 2021 et demeurer à ce niveau pendant le reste de la période de prévision.

Après le rajustement pour l’inflation, l’économie du Manitoba devrait connaître une croissance moyenne de 1,5 % par an durant la période 2019-2025.

Sur le marché du travail manitobain, le revenu horaire du travail devrait augmenter de 2,1 % par an en moyenne au cours des sept prochaines années. Cela devrait faire augmenter les revenus personnels au Manitoba de 3,2 % par an en moyenne durant la même période.


Demande totale de main-d'œuvre cliquez pour ouvrir


Un total de 159 200 emplois seront ouverts à l’embauche entre 2019 et 2025.

Selon les prévisions, la demande d’expansion (c’est-à-dire, le besoin de nouveaux postes causé par la croissance économique) devrait ouvrir 40 200 emplois (soit 25,2 % du total). La demande de remplacement (emplois créés en raison de départs à la retraite et de décès) devrait quant à elle créer 119 000 emplois (74,8 % du total).

Le groupe professionnel qui devrait connaître le plus de créations d’emplois est celui de la vente et des services avec 32 200 possibilités d’emploi prévues, soit 20,2 % du total des perspectives d’emploi au Manitoba.

En Affaires, finances et administration, on estime que 24 800 emplois (15,6 %) seront créés, ainsi que 24 000 (15 %) dans le secteur de la gestion.

Au sein du groupe professionnel de la vente et des services, la plus grande création d’emploi devrait avoir lieu dans les sous-groupes suivants : vendeurs de commerce de détail, nettoyeurs, et chefs et cuisiniers.

Pour la période envisagée, la demande de remplacement est plus importante que la demande d’expansion dans tous les groupes professionnels.

En ce qui concerne les exigences relatives au niveau de scolarité, pendant la période de sept années envisagée, environ 59 % des 168 700 offres d’emploi prévues devraient nécessiter un certain niveau de formation et d’études postsecondaires (p. ex., un diplôme collégial ou universitaire ou un certificat professionnel). Les 41 % restants ne nécessiteront peut-être pas d’études ou de formations postsecondaires, mais pourraient demander une formation spécifique à l’emploi ou une formation en cours d’emploi.


Offre totale de main-d’œuvre cliquez pour ouvrir


Il devrait y avoir 158 300 travailleurs additionnels au cours de la période envisagée pour contrebalancer la demande totale de main-d’oeuvre.

L’offre supplémentaire de main-d’oeuvre devrait se ventiler comme suit : 94 500 personnes faisant leur entrée sur le marché du travail, un total net de 29 900 personnes provenant de la migration et un total net de 33 900 personnes provenant de la mobilité de la main-d’oeuvre.

Étant donné que 159 200 nouveaux travailleurs se joindront à la population active et que 119 100 postes deviendront vacants en raison de départs à la retraite et de décès, la population active du Manitoba devrait s’accroître de 40 100 travailleurs pendant la période envisagée.


Écarts entre l'offre et la demande cliquez pour ouvrir


Dans l’ensemble, le marché du travail du Manitoba devrait demeurer équilibré au cours de la période envisagée, avec une offre globale de main-d’oeuvre en mesure de répondre à la demande du marché du travail. Toutefois, il pourrait y avoir une pénurie ou un excédent de main-d’oeuvre pour certaines professions et dans certaines régions de la province. Chaque année entre 2019 et 2025, l’offre de main-d’oeuvre devrait être supérieure à la demande de 10 200 travailleurs en moyenne.

Au cours de la période visée, la croissance de la demande totale de main-d’oeuvre dépassera la croissance de l’offre totale de main-d’oeuvre de 500 travailleurs. Le taux de chômage devrait demeurer relativement constant tout au long de la période envisagée. Dans l’ensemble, le taux de chômage du Manitoba devrait passer de 5,8 % en 2019 à 5,6 % en 2021 et demeurer à ce niveau pendant le reste de la période de prévision.


Pourquoi les chiffres changent-ils? cliquez pour ouvrir


Au fur et à mesure que l’économie évolue, les hypothèses et données macroéconomiques qui sous-tendent le présent rapport sont mises à jour, et ce, régulièrement, en utilisant les meilleurs chiffres existant à chaque moment. Par exemple, les changements économiques tels que la baisse du prix du pétrole en 2014- 2015 et la performance économique nationale inférieure aux prévisions ont des répercussions importantes sur le marché du travail au Manitoba, au Canada et dans le monde entier.

Les dernières projections de SECINC font état d’importantes inquiétudes au sujet de l’économie canadienne et de l’économie mondiale, y compris les menaces continues sur le commerce, le ralentissement de la croissance aux États-Unis et les difficultés des provinces canadiennes productrices d’énergie, ainsi que les compressions et restrictions budgétaires importantes en Ontario et dans plusieurs autres provinces ayant une incidence sur le commerce canadien. En raison de ces difficultés, on s’attend à ce que les entreprises freinent l’embauche en 2019 et 2020 au Manitoba, ce qui aura une incidence importante sur la demande d’expansion par rapport aux prévisions antérieures. Cette tendance devrait se poursuivre sans expansion ou reprise économique importante.

Dans cette dernière version, le modèle a également été mis à jour pour utiliser les projections démographiques de SECINC, alors que les projections précédentes étaient fournies par le Bureau des statistiques du Manitoba. Ce passage d’un niveau de population imposé à un niveau fondé sur la demande économique entraîne maintenant une comparaison des niveaux relatifs de croissance et des conditions du marché du travail dans l’ensemble du pays et un ajustement des flux de population en fonction de ces conditions, puisque les travailleurs se déplacent généralement vers de meilleures conditions d’emploi. En raison de l’augmentation du taux de chômage, on prévoit que moins de travailleurs déménageront dans la province au cours de la période de prévision, comparativement aux versions précédentes, ce qui ralentira la création d’emplois et aura une incidence sur la demande d’expansion. Pour contrer l’incidence sur les départs à la retraite, on observe des changements sur le marché du travail, tant au niveau des taux de chômage que des taux d’activité. L’augmentation du taux de chômage a une incidence sur le taux d’activité, car les travailleurs sont découragés d’être sur le marché du travail. Cela a pour effet d’augmenter le taux de départs à la retraite, ce qui compense en partie la perte de nouveaux emplois provenant de l’expansion.

Un niveau d’emploi plus faible entraînera une baisse de la demande de remplacement, tandis qu’une base de main-d’oeuvre plus faible entraînera un taux constant de départs à la retraite et de décès, se traduisant par un niveau absolu plus faible de départs à la retraite et de décès. De plus, les changements apportés aux hypothèses relatives à la population ont eu une faible incidence sur les niveaux de départs à la retraite et de décès. Les dernières estimations de la population montrent une pyramide des âges légèrement moins asymétrique par rapport aux groupes plus âgés, ce qui, à son tour, aura aussi un impact sur les niveaux de départs à la retraite et de décès.

Il est à noter que lorsqu’on résume et que l’on compose les taux de croissance, de petits changements peuvent sembler plus importants, surtout si l’on ajuste les premières années.

Pour finir, chaque mise à jour du rapport couvre une nouvelle période de sept ans. De ce fait, il n’est pas recommandé de comparer directement l’approvisionnement et la demande de main-d’oeuvre d’une année à l’autre.

Veuillez consulter le chapitre 3 et l’annexe 1 pour en savoir plus sur la méthodologie et les hypothèses macroéconomiques utilisées dans ce rapport..

Haut de la page