Santé des forêts

La Direction des forêts et de la gestion de la tourbière surveille la présence de divers insectes et maladies des forêts, comme la tordeuse des bourgeons de l'épinette et la maladie hollandaise de l'orme, ainsi que d'espèces envahissantes, comme l'agrile du frêne et la spongieuse. La surveillance est effectuée au moyen d'inspections visuelles, de pièges à insectes adultes, d'inventaires aériens et de télédétection. Dans certains cas, des programmes de contrôle sont mis en œuvre afin de réduire la propagation de certains insectes forestiers et de certaines maladies des forêts, ainsi que les dommages qu'ils causent dans la province.

Au Manitoba, les insectes et les maladies des forêts inquiétants sont réglementés par la Loi sur la protection de la santé des forêts et ses règlements d’application. Ces textes contiennent des dispositions contribuant à prévenir l’introduction de menaces forestières envahissantes ainsi qu’à gérer les nouvelles infestations détectées dans la province et les éclosions d’insectes et de maladies des forêts indigènes.

Insectes et maladies des forêts

Les forêts du Manitoba sont vastes et magnifiques. Toutefois, comme tous les écosystèmes de forêts boréales, elle abrite des populations d’insectes et des maladies indigènes. Nos forêts suivent un cycle naturel qui comprend l’augmentation des infestations d’insectes et des maladies à mesure que les arbres vieillissent. Sans gestion, les arbres meurent à la suite de ces infestations ou il se produit des feux de forêt qui font place à une jeune forêt. Nos forêts contiennent de nombreux insectes et de nombreuses maladies, toutefois, les organismes nuisibles principaux sont les suivants : la tordeuse des bourgeons de l’épinette, la livrée des forêts, le faux gui, la tordeuse du pin gris, et le dendroctone du mélèze. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les insectes et les maladies des forêts, consultez le Service canadien des forêts.

Insectes et maladies des forêts urbaines

Les collectivités du Manitoba peuvent se vanter de leurs magnifiques forêts urbaines. La gestion et l’entretien continus sont nécessaires au maintien de la santé de ces forêts et arbres urbains précieux. Le plus grand programme de gestion forestière du Manitoba comprend la gestion de la maladie hollandaise de l’orme. Renseignements additionnels :

Menaces d’envahissement

À cause de la facilité de mouvement de personnes et de biens dans le monde entier, des insectes et des maladies d’autres parties du monde menacent les forêts et les arbres du Manitoba. À l’heure actuelle, les espèces les plus menaçantes pour les forêts du Manitoba comprennent le dendroctone du pin ponderosa, de l’ouest de l’Amérique du Nord, l’agrile du frêne, d’Asie et la spongieuse, d’Europe. Pour en savoir plus sur les efforts du Manitoba dans la lutte contre toutes les espèces envahissantes, rendez-vous au : www.gov.mb.ca/stopthespread/index.html.

Régénération forestière

Le Programme de régénération forestière du Manitoba vise à faire en sorte que toutes les forêts exploitées soient reconstituées de manière satisfaisante, afin de maintenir la mosaïque existante des types de peuplements de nos écosystèmes forestiers, sur les terres domaniales non utilisées.

Les composantes principales du programme sont les suivantes:

  • promouvoir la régénération naturelle des terres publiques;
  • poursuivre la préparation des sites et les activités de plantation d’arbres sur les terres domaniales;
  • mettre en œuvre des mesures d’entretien des peuplements, de gestion concurrentielle de la végétation et de sylviculture intensive dans les forêts et les plantations régénérées.

Ces objectifs sont réalisés dans le cadre de trois programmes précis : le Programme de régénération des forêts, le Programme d'amélioration génétique des arbres et le Programme de relevés sylvicoles.

Qu'est-ce que la sylviculture?

La sylviculture est l'art, la science et la pratique de l'établissement, de la composition, de la santé, de la qualité et de la croissance contrôlés de la végétation dans les peuplements forestiers. Cela comprend la manipulation, à l'échelle du peuplement ou du paysage forestier, de la végétation des forêts et des régions boisées, y compris la végétation vivante, ainsi que le contrôle de la structure de peuplements, notamment des chicots et des débris ligneux, pour répondre de manière durable aux besoins et aux valeurs de la société et des propriétaires.

Dunister, Julian A. et K. J. Dunister, 1996. Dictionary of Natural Resource Management.

La sylviculture au Manitoba

Pour réussir à ramener les forêts exploitées à leur état original, la gestion forestière efficace exige la coordination de l’ensemble des mesures touchant les traitements et programmes prévus dans une parcelle de terre.

À titre d’exemple, le renouvellement forestier et les activités connexes, comme la préparation du terrain, la scarification et la plantation d’arbres, doivent être déterminés avant l’exploitation de la forêt et en fonction des conditions illustrées par les relevés précédant l’exploitation. Ces relevés des blocs ou des sites d’exploitation prévus confirment l’inventaire des ressources forestières et aident les planificateurs à choisir le type d’activité d’exploitation qui convient. En fonction du type d’exploitation et des caractéristiques du site (type de sols, végétation des sous-bois, présence d’espèces concurrentes), on détermine les activités de renouvellement nécessaires pour ramener la forêt à son état prérécolte. On décide également de la saison des activités, du type de préparation du terrain ou de l’équipement de scarification, ainsi que du système sylvicole nécessaire pour la reforestation (naturelle ou par plantation, types d’espèces).

Les activités de régénération se déroulent de manière séquentielle sur une courte période, pour permettre à la forêt de reprendre sa croissance. Grâce à la surveillance à long terme offerte par les relevés de régénération et l’évaluation de la présence d’arbres en croissance libre, et avec les traitements sylvicoles subséquents nécessaires, par exemple la gestion de la végétation, les gestionnaires forestiers peuvent atteindre les objectifs de régénération prévus et répondre aux normes de régénération pour chaque parcelle. Une forêt régénérée avec succès peut ensuite réintégrer l’inventaire des ressources forestières et les modèles d’approvisionnement en bois pour permettre au cycle de recommencer.


Remerciements
Une partie du contenu de ce site sur la régénération forestière est tirée de l’ouvrage The Manitoba Silviculture Manual, Volume 1, 1991. J.D. Vaillancourt et autres documents de J. Delaney, et coll.