Le 19 mai 2022

Le Groupe de travail sur le rétablissement des services chirurgicaux et diagnostiques du Manitoba continue de trouver de nouvelles solutions pour résoudre les retards en matière de soins attribuables à la pandémie de COVID-19. Le groupe de travail est en train de régler les ententes relatives aux solutions, au Manitoba et à l'extérieur de la province, ainsi que par l'entremise de fournisseurs privés et au sein du système de santé publique. Prises ensemble, ces mesures permettront aux Manitobains d'avoir accès aux soins dont ils ont besoin. Vous trouverez ci-dessous des mises à jour se rapportant à des initiatives précédemment annoncées.

Mise à jour concernant les services d'imagerie diagnostique

La Province modifie la façon dont elle mesure les temps d'attente pour un examen de diagnostic. À compter du 22 juin, les temps d'attente pour les quatre ou cinq services diagnostics publiés sur le site Web des temps d'attente du ministère de la Santé seront actualisés de façon à indiquer le temps d'attente médian des patients qui ont passé un examen (IRM, tomodensitogramme, échographie et scintigraphie osseuse) pendant le mois visé. Ainsi, une méthode de communication des chiffres uniforme sera utilisée pour les calculs des temps d'attente pour tous les services publiés sur le site Web des temps d'attente du Manitoba. Cette méthode sera aussi uniforme avec la façon de communiquer les temps d'attente des services diagnostics par l'Institut canadien d'information sur la santé dans son rapport annuel sur les temps d'attente.

Mise à jour concernant les chirurgies

Le personnel qui avait été affecté à de nouvelles tâches ou à de nouveaux endroits pour appuyer la riposte à la COVID-19 continue de retourner à ses responsabilités d'avant la pandémie. On croit que tout le personnel qui était réaffecté en raison de la COVID-19 a repris ses fonctions normales. L'ORSW a réaffecté ses derniers employés restants à leurs tâches habituelles le 6 mai.

La pandémie de COVID-19 a continué d'ajouter de la pression importante sur le système de santé, mais les procédures chirurgicales se situent constamment aux lignes de base de 2019, ce qui signifie un retour aux niveaux prépandémiques. Au cours des trois à cinq dernières semaines, la capacité chirurgicale était de 100 % de la ligne de base de 2019. Les hôpitaux Concordia, Grace, Miserecordia, Pan AM, des maladies cardiaques et des femmes sont à 100 % de leur capacité prépandémique en ce qui concerne les chirurgies. Les quatre autres lieux chirurgicaux à Winnipeg se situent entre 85 % et 100 %. La majorité des sites ruraux sont revenus à une capacité de 100 % depuis quelque temps, des plans étant en place pour ramener l'Hôpital Ste-Anne à ce niveau.

Mise à jour sur les initiatives antérieures du groupe de travail

Chirurgies de la colonne vertébrale

Le programme à l'établissement Sanford Health à Fargo, au Dakota du Nord, qui fait partie du programme d'aiguillages pour soins médicaux hors de la province, va bon train. Cette initiative vise à réduire la liste d'attente des patients admissibles à une chirurgie de la colonne vertébrale en leur donnant la possibilité de subir leur intervention à l'extérieur de la province, le temps que le Manitoba renforce sa capacité. Les personnes admissibles sont aiguillées par leur spécialiste, surtout pour des conditions comme la sténose spinale et les maladies discales chroniques dégénératives.

Mise à jour : Jusqu'à maintenant, 20 particuliers ont été opérés à Sanford et sept autres patients sont prévus, beaucoup d'autres étant en préparation.

 

Clinique d'évaluation des pathologies de la colonne vertébrale

Plus de 900 Manitobains sont en attente d'une évaluation à la clinique d'évaluation des pathologies de la colonne vertébrale à Winnipeg. Environ 90 % des patients dirigés vers cette clinique obtiennent un soulagement par la physiothérapie, les soins chiropratiques ou d'autres formes de gestion de la douleur au lieu de subir une chirurgie de la colonne vertébrale. Le mois dernier, la Province a annoncé un investissement pour l'embauche de quatre nouveaux physiothérapeutes à la clinique.

Ce projet est en cours et une nouvelle mise à jour sera fournie dès que possible.

Demandes d'ententes de services

Au début de l'été 2020, la Province s'est attaquée aux retards causés par la COVID-19 en demandant des ententes de services avec des fournisseurs de soins privés au Manitoba, afin d'offrir de nouveaux services ou des services accrus.

En 2021-2022, ces ententes représentent une augmentation nette de plus de 9 000 interventions chirurgicales et diagnostiques, et un investissement de plus de 8,8 millions de dollars.

Mise à jour : Une nouvelle demande d'ententes de services est en cours de rédaction et devrait être lancée d'ici la fin du présent mois pour les chirurgies. Le processus d'admission en vertu d'une entente de services pour les services diagnostics devrait suivre en juin.

Quelque 3 950 chirurgies de la cataracte additionnelles sont déjà attribuées pour le prochain processus d'admission en vertu d'une demande d'ententes de service.

 

Assistants cliniques en anesthésie

Le gouvernement du Manitoba investit dans la formation de 13 nouveaux assistants cliniques en anesthésie au cours des quatre prochaines années, dans le but de les embaucher pour soutenir les besoins du programme de chirurgie. Les assistants cliniques en anesthésie représentent une ressource essentielle qui fait partie du système de soins de santé du Manitoba depuis plus d'une décennie, en appuyant les anesthésistes, en apportant des soins aux patients et en améliorant l'efficacité des salles d'opération.

Cette initiative est en cours et une nouvelle mise à jour sera fournie dès que possible.

Dépistage du cancer colorectal

Le gouvernement du Manitoba a annoncé l'adoption du test immunochimique fécal comme outil de dépistage initial, plutôt que la coloscopie, chez certains patients dont le risque de cancer colorectal est moindre. Le test immunochimique fécal est moins invasif, il fournit des résultats précis et contribue à réduire le besoin en coloscopies, et par conséquent les demandes connexes liées à une salle d'opération.

Mise à jour : Le passage au test immunochimique fécal a été entamé le 19 avril. Les médecins peuvent dorénavant envoyer les patients dont le risque de cancer colorectal est moindre passer un test immunochimique fécal. Seules les personnes dont le test immunochimique fécal est positif devront subir une coloscopie de suivi pour éliminer la possibilité d'un cancer ou de polypes cancéreux. Cette approche permettra de réduire d'au moins 1 000 le nombre de coloscopies de suivi que doivent subir les patients manitobains.


Nouvelles et ressources

Pour en savoir plus sur l'initiative :