Projets de la route périphérique Sud

La route périphérique Sud est l’un des corridors économiques les plus importants au Manitoba. En tant que composante de la route Transcanadienne, la route périphérique Sud a comme rôle stratégique de relier l’économie provinciale aux marchés mondiaux. La route périphérique dessert aussi les collectivités en leur donnant accès à de l’emploi, à de l’éducation, à des services et à des commodités.

Amélioration de la sécurité sur la route périphérique Sud

Le projet comprend l’élaboration d’un plan à court terme pour résoudre les problèmes de sécurité actuels. La route périphérique Sud compte 26 points d’accès contrôlés par des panneaux d’arrêt et ouvertures du terre-plein central qui obligent les véhicules à effectuer un virage à gauche non protégé. À mesure que la circulation se densifie, les problèmes de sécurité et de fonctionnement à ces endroits deviennent plus préoccupants. En vue d’accroître la sécurité, un plan de sécurité de la route périphérique Sud a été élaboré dans l’intention de le mettre en œuvre au cours des trois prochaines années, à partir de 2018. Le plan de sécurité comprend des changements aux points d’accès dans la plupart des endroits, y compris la fermeture des ouvertures du terre-plein central aux intersections contrôlées par des panneaux d’arrêt. Le projet exigera également un investissement dans quelques voies de service et intersections pour améliorer la circulation.

Le plan de sécurité de la route périphérique Sud peut être consulté ici : (PDF en anglais seulement, 2 MB)

Étude d’aménagement pour la route périphérique Sud

Comprend l’élaboration d’un plan à long terme pour la reconstruction de la RPGC 100 afin d’obtenir une autoroute conforme à la norme relative aux autoroutes, qui comptera au final six voies, soit trois dans chaque direction. Une autoroute conforme à la norme relative aux autoroutes signifie qu’il ne peut y avoir de passages à niveau, donc les routes et les voies ferrées qui croisent l’autoroute seront dénivelées au moyen d’échangeurs et de sauts-de-mouton.

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’étude.