votre relation est-elle saine?
 
Avertissement de sécurité : Si vous êtes en danger, veuillez utiliser un ordinateur situé en lieu sûr ou composer le
9-1-1. Vous pouvez quitter rapidement ce site en cliquant sur le bouton « Sortie rapide »
 
Sortie rapide 
Remarque : Toute visite à un site Web est notée dans l’historique de votre navigateur. Si vous avez vécu de la violence familiale et que vous utilisez un ordinateur partagé avec votre agresseur, faites preuve de la plus grande prudence et supprimez votre historique de navigation lorsque vous avez terminé de visiter ce site. Si vous ne savez pas comment supprimer l’historique, cherchez parmi l’aide offerte pour votre navigateur particulier ou utilisez un ordinateur public si possible.

Aide offerte aux personnes handicapées

Les personnes qui ont des déficiences intellectuelles, psychologiques ou mentales sont plus susceptibles d’être victimes de violence familiale que les autres. Les risques de mauvais traitements sont plus élevés chez les personnes qui dépendent des autres et requièrent une assistance quotidienne ou celles qui sont isolées. Elles peuvent en effet avoir peur de demander de l’aide parce que bon nombre d’entre elles dépendent de l’aide de leur partenaire violent pour mener leurs activités quotidiennes. La déficience elle-même peut faire en sorte qu’il est difficile et en apparence impossible d’obtenir de l’aide.
 
Les actes de violence envers les personnes handicapées comprennent les suivants:
  • utilisation de la force physique;
  • abus sexuel;
  • déni des droits (p. ex., en matière d’alimentation, de soins médicaux et d’hygiène);
  • menaces ou violence verbale;
  • négligence et manque de soins;
  • exploitation financière.
 
Si vous êtes victime de mauvais traitements, rappelez-vous ce qui suit:
  • Vous ne méritez pas vos mauvais traitements.
  • Vous avez le droit de ne pas vivre avec la peur.
  • On ne peut pas vous blâmer pour la violence ou les menaces.
  • Vous avez droit à un environnement sain et sécuritaire et à des relations bienveillantes.
  • Vous avez le droit de contrôler votre propre vie et de prendre vos propres décisions.
 
Voici ce que vous pouvez faire pour essayer d’arrêter les mauvais traitements:
  • Même si vous subissez des mauvais traitements depuis longtemps ou si vous avez peur de votre abuseur, expliquez votre situation à une personne de confiance.
  • Si une personne vous maltraite ou vous menace ou si l’endroit où vous résidez n’est pas sécuritaire, téléphonez à la police.
  • Parlez à d’autres personnes (p. ex., voisin, amis) pour connaître les ressources communautaires qui peuvent vous aider. Découvrez les choix qui s’offrent à vous en matière d’aide pour vos besoins personnels ou financiers.
 
Tous les organismes financés par le Programme de prévention de la violence familiale soutiennent les personnes handicapées et répondent à leurs besoins particuliers dans toute la mesure du possible.
 
Pour obtenir de l’aide, vous pouvez communiquer avec les organismes suivants :
 
Society for Manitobans with Disabilities  204 975-3010 (Winnipeg)
1 866 282-8041 (sans frais)
1 800 225-9801 (ATS)
Independent Living Resource Centre   204 947-0194 (Winnipeg et ATS)
1 800 663-3043 (sans frais et ATS)
Programme d’aide à la vie en société   204 945 4796 (Winnipeg et ATS)
1 800 855-0511 (sans frais et ATS)
Office de protection des personnes recevant des soins 204 788-6366 (Winnipeg)
1 866 440-6366 (sans frais)
Klinic Crisis Line 204 786-8686 (Winnipeg)
1 888 322-3019 (sans frais)
Sexual Assault Crisis Line 204 786-8631 (Winnipeg)
1 888 292-7565 (sans frais)
Deaf Access Counselling 204 784-4097 (ATS)
 
Sans aide, une relation de violence ne peut que s’aggraver.

Obtenez de l’aide

Pour obtenir plus d’information, communiquez avec l’un des organismes indiqués (voir le lien ci-dessous) et apprenez comment créer votre propre plan de protection. Si vous êtes dans une relation de violence ou connaissez quelqu’un qui peut l’être, composez le 1 877 977-0007.

Si vous courez un risque immédiat de violence, composez le 911