Les ACBH en vedette

Le traité et la carte de Selkirk

Le traité et la carte de Selkirk font partie d'une série de documents juridiques relatifs à la Colonie de la Rivière-Rouge qui ont probablement été acquis par le Service des archives de la Compagnie de la Baie d'Hudson des avocats de la CBH, MM. Freshfields, Leese et Munn, en 1923.

En 1811, 116 000 milles carrés de terres situées dans ce qui est maintenant le Manitoba ont été accordés à l'un des actionnaires contrôlants de la CBH, Thomas Douglais, le 5e comte de Selkirk. Lord Selkirk était un noble écossais qui désirait établir les Highlanders déplacés sur les terres fertiles se trouvant au confluent des rivières Rouge et Assiniboine. La Colonie de la Rivière-Rouge, la première colonie agricole européenne dans l'ouest du Canada, a été établie l'année suivante.

Transcription du Traité de Selkirk (PDF) (en anglais seulement)

Le traité de Selkirk.
agrandir
    dans sa taille
HBCA/AM E.8/1 fo. 9d
la carte
agrandir
    dans sa taille
HBCA E.8/1 fo. 11

Afin de permettre que la colonie puisse vivre en paix, Lord Selkirk et ses représentants ont négocié avec les leaders autochtones de la région en vue de la possession ou de l'utilisation des terres s'étendant en bandes de 2 milles sur les deux berges des rivières Assiniboine et Rouge en échange d'un paiement ou d'un cadeau annuel.

Le 18 juillet 1817, Lord Selkirk a signé le traité avec 5 leaders nommés dans le document comme « chefs et guerriers de la Nation Chippewa ou Saulteux et de la Nation Killistine ou Crie ». Ce document est maintenant largement connu sous le nom de Traité de Selkirk. Il s'agit du premier accord officiel écrit dans l'Ouest du Canada reconnaissant les droits fonciers des Autochtones. Il a été remplacé par le Traité no 1 en 1871.

Partez à la découverte du passé en explorant les archives en vedette.

Pour voir les anciens numéros : Archive En vedette

haut de page