Consultez ce blogue pour voir les articles courants concernant les documents des Archives du Manitoba datant de l’époque de la Première Guerre mondiale. Visitez les Archives du Manitoba pour voir les documents en personne.

Août 2017 :

Le 14 Août 2017

Plus près du champ de bataille : Le lieutenant-colonel R.M. Dennistoun, juge-avocal général adjoint, en France

Le blogue du 8 août 2017 met en vedette R. M. Dennistoun et les inscriptions dans son journal rédigées dans la sécurité de Londres [lien]. Toutefois, en septembre 2017, Denniston s'est retrouvé beaucoup plus près de l'action lorsqu'il s'est rendu en France pour le compte de l'armée. Il fait mention d'explosions d'obus, de bombardements et de combats aériens, très près de lui dans certains cas.

Dennistoun le 3 septembre entrée journal
agrandir (3 images)
Archives of Manitoba, Robert Maxwell Dennistoun family fonds, Diary (volume 8) – London, England 20 March 1917 – 30 April 1918, P7905/8.

Le 3 septembre, il relate ce qui suit :

« while I was dressing this morning heavy long range shells began coming over my billet. One hit a house at the corner near me and demolished it. Casualties unknown. »

Alors qu'il était en France, Denniston a eu l'occasion de voir la crête de Vimy; il décrit des abris anti-mitrailleuses de 60 pieds (18 mètres) de profondeur ainsi que des tunnels dont la longueur atteignait 600 verges (639 mètres).

« The front line here is most extraordinary and cannot be described. »

Dennistoun a également fait plusieurs promenades à cheval et a déjeuné et dîné avec différents dignitaires, dont des membres de la famille royale de France. Ce n'est pas là une expérience fréquente des Manitobains en France à l'époque!

Après la guerre, R.M. Dennistoun fut nommé juge de la Cour d'appel du Manitoba. Il y siégea pendant 28 ans, jusqu'au moment de sa retraite en 1946. Il était bien respecté et l'on se souvient de lui encore aujourd'hui, en premier lieu, possiblement, en rapport à sa première résidence à Winnipeg, récemment démolie malgré l'opposition de la communauté de préservation du patrimoine. Denniston a tenu son journal du début de la Grande Guerre jusqu'à peu de temps avant son décès en 1952.

Les documents relatifs à R.M. Dennistoun aux Archives du Manitoba ont fait l'objet récemment d'une production de CNN/HLN où l'on explorait la généalogie de quelques-uns des animateurs. Ashleigh Banfield, une analyste à CNN, est l'arrière-petite-fille de Robert Maxwell Dennistoun.

Conseil de recherche : Cherchez « Dennistoun » dans la banque de données Keystone pour en savoir plus sur Robert Maxwell Dennistoun et les journaux qu'il a tenus pendant la Première Guerre mondiale.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page

Le 8 Août 2017

Un point de vue différent – Lieutenant-colonel R. M. Dennistoun, juge-avocat général adjoint, Quartier général du Corps expéditionnaire canadien, Londres

Un grand nombre des documents de la Première Guerre mondiale conservés aux Archives du Manitoba sont des lettres et des journaux rédigés par des jeunes hommes du Manitoba qui se sont engagés dans le Corps expéditionnaire canadien, qui ont reçu leur entraînement dans des camps militaires en Angleterre et qui ont combattu dans les tranchées de la France et de la Belgique. Ils venaient à peine de terminer l'école ou d'entreprendre une carrière, ils étaient célibataires et n'avaient nulle personne à charge. Bien que différents les uns des autres, leurs textes présentent néanmoins des points de vue similaires sur ce qu'ont vécu les soldats du Canada lors de la Première Guerre mondiale.

Les documents de Robert Maxwell Dennistoun, quant à eux, offrent un point de vue différent de la Grande Guerre. Dennistoun avait 49 ans quand il s'est engagé. C'était un avocat qui avait quitté l'Ontario pour s'installer à Winnipeg en 1907. Il avait d'abord reçu une commission militaire à titre de capitaine dans le Fort Garry Horse; à la dissolution de ce régiment, il revint au Canada pour lever le 53rd Battalion. En 1917, il fut nommé juge-avocat général adjoint, assigné au quartier général du Corps expéditionnaire canadien, à Londres. Il avait une femme et cinq enfants. Ses deux fils aînés s'étaient également engagés et ont servi en France. Son fils Jack est mort au combat, abattu derrière les lignes ennemies en 1916. Son épouse Mildred et leurs deux jeunes filles vinrent le rejoindre en Angleterre et y demeurèrent jusqu'à la fin de la guerre.

Dennistoun a tenu un journal pendant toute la durée de la guerre, dont les divers volumes renferment principalement des résumés des opérations militaires, des soldats ennemis faits prisonniers, des pertes subies et des victoires obtenues, le tout vu à distance et dans la sécurité relative de Londres. Il mentionne également des pertes de nature plus personnelle, comme la mort de son fils et les décès et blessures d'autres personnes de sa parenté ou de sa connaissance.

Photo du le journal de Dennistoun
agrandir
Photo du le journal de Dennistoun
agrandir
Archives of Manitoba, Robert Maxwell Dennistoun family fonds, Diary (volume 8) - London, England 20 March 1917 - 30 April 1918, P7905/8.

Conseil de recherche : Cherchez « Dennistoun » dans la banque de données Keystone pour en savoir plus sur Robert Maxwell Dennistoun et les journaux qu'il a tenus pendant la Première Guerre mondiale.

Commentaires (0)

Envoyez vos courriels à l'adresse suivante : archiveswebmaster@gov.mb.ca. Que pensez-vous de cette blogue article? Vous êtes aussi invités à afficher vos commentaires sur cette page.

haut de page